Guide Seniors
  • Edito
    Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rives. John Barrymore Il n’y a pas d’âge pour avoir des projets, pour être curieux, passionné, pour découvrir, apprendre… Il y a de nouveaux projets, de nouveaux rêves, de nouvelles rencontres qui viennent rythmer votre vie. C’est parce que vous avez des rêves, que vous êtes disponible et que vous avez enfin l’occasion de vous consacrer à de nouvelles activités, que nous avons réuni pour vous, dans ce guide dédié aux seniors, toutes les informations qui peuvent vous être utiles. Quels que soient vos centres d’intérêt et vos préoccupations, vous retrouverez dans nos pages des sujets et des informations qui vous intéressent : santé et bien-être, loisirs et culture, sports, voyages, famille, vie pratique, finances… À qui vous adresser ? Quels sont vos droits ? Quelles sont les formules qui peuvent vous simplifier le quotidien ? Des idées pour vos sorties, des conseils pratiques, des adresses adaptées à vos besoins… Nous sommes heureux de vous accompagner pour faire de cette rentrée une année dynamique, pleine de projets. Bonne lecture.
  • Lire la suite
  • Vie pratique
    Il existe de nombreux organismes, de nombreuses prestations, il n’est donc pas facile de s’y retrouver. Voici quelques pistes pour simplifier vos démarches. La première chose à faire est d’évaluer vos besoins, le type de prestations et le nombre d’heures hebdomadaires : aide à la mobilité et aux déplacements, à la toilette, à l’habillage, à l’alimentation, aux fonctions d’élimination, garde-malade… Dans le cadre de l’APA, vous devrez vous adresser au Conseil général de votre département qui met en place des plans d’aide de maintien à domicile en cas de perte d’autonomie. Vous recevrez la visite d’une assistante sociale à votre domicile qui sera chargée d’évaluer les prestations et leur prise en charge en fonction de vos conditions de vie. Vous pouvez également vous adresser au CCAS et plus particulièrement au CLIC, l’antenne troisième âge, qui pourra vous orienter vers les bons organismes en fonction de vos attentes. Une fois vos besoins évalués, vous pouvez soit engager directement une personne à domicile et la payer avec le CESU, mais attention dans ce cas vous êtes employeur avec les contraintes que cela implique et vous n’avez pas de garantie en cas d’absence ou de maladie de cette personne, vous n’avez pas non plus les outils pour évaluer ses compétences. Il est préférable de vous adresser à une structure spécialisée, soit une entreprise soit une association, qui doit bénéficier de l’agrément qualité. Il est préférable d’opter pour une formule prestataire, ce qui ne fait plus de vous l’employeur, ainsi vous êtes libre de résilier à tout moment votre contrat, ou en cas de problème de demander un autre intervenant à votre domicile. Ces structures vous garantissent des prestations de qualité, qui seront en partie déductibles des impôts, exonérées de charges patronales ou subventionnées par le Conseil général en fonction de vos ressources. Renseignez-vous également auprès de votre caisse de retraite ou de votre mutuelle qui sont habilitées à vous délivrer des TES (Titre Emploi Service), un moyen de paiement donné pour un prix égal ou inférieur à sa valeur. Pour faire le bon choix, nous vous conseillons de contacter une plate-forme téléphonique, Office services, qui en fonction de vos besoins vous orientera vers l’association qui offrira la prestation qui vous correspond. On pourra aussi vous informer sur les différentes prestations, les tarifs et la prise en charge. L’organisme que vous aurez choisi pourra vous aider pour constituer votre dossier de prise en charge et ainsi réunir tous les éléments utiles.
  • Lire la suite
 
 
  • Finances
    La Bourse est juste une affaire de bon sens, d’analyse et de réflexion. Faut-il encore s’en donner les moyens… Vous envisagez ou souhaitez placer de l’argent en Bourse ? Voici comment vous y préparer en quatre étapes pour en tirer le meilleur parti selon votre personnalité. Ce que les épargnants retiennent de la Bourse en général, ce sont les booms et les krachs qui parsèment son histoire! Du coup, ils font davantage confiance au livret A et autres comptes sur livret ou comptes à terme que leur banquier leur présente. Pourtant, savez-vous que de tous les actifs, ce sont les actions qui rapportent le plus ? En moyenne 8% par an, dividende compris, sur longue période. Soit mieux que les obligations, bien mieux que l’immobilier locatif et très loin devant les basiques comptes sur livret et autres sicav monétaires (surtout quand la résurgence de l’inflation rogne les rendements !). Bien sûr, cette performance n’est pas linéaire comme en témoignent les hauts et les bas qui ponctuent l’évolution des marchés financiers en général, et de certaines actions en particulier. Parfois, il faut alors savoir être contrariant en vendant quand l’euphorie l’emporte, ou en achetant quand les marchés sont pris de panique. Car, à moyen terme, la Bourse a toujours raison puisqu’elle c’est une caisse de résonance de l’activité économique, entre autres. Il n’existe d’ailleurs pas de meilleure parabole que celle du promeneur (l’économie) et de son chien (la Bourse), imagée par l’illustre André Kostolany, citoyen américain d’origine hongroise, qui a fait ses premiers pas d’investisseur dans les années 1920 à la Bourse de Paris : parfois le chien court devant son maître, d’autre fois il est à sa traîne et le promeneur le tire… mais ils finissent toujours par être ensemble !
  • Lire la suite
  • Loisirs et culture
    Quelle que soit la saison, les vacances sont l’occasion de se réunir sous le même toit, mais cela implique une bonne dose de tolérance pour que les générations cohabitent harmonieusement. Ce sont souvent trois générations qui vont devoir composer le temps des vacances, soit dans la maison de famille des grands-parents soit sur un terrain neutre où chacun voudra sans doute imposer sa façon de faire et son rythme. Mais les conflits et les tensions se font-ils vraiment entre les générations ? Anne, 39 ans, mère de deux enfants, a l’habitude de passer du temps avec ses nombreux beaux-frères et belles-sœurs. D’après elle ce n’est pas avec les grands-parents qu’il y a mésentente, « car s’ils imposent des règles de vie commune, tout le monde est prêt à les accepter, c’est plus entre belles-sœurs et beaux-frères que les tensions se font sentir, surtout en ce qui concerne l’éducation des enfants et la répartition des tâches ». Une seule consigne pour limiter les conflits : ne pas intervenir ni porter de jugement sur le comportement des neveux et nièces, ou sur les règles que leurs parents imposent, il n’y a sans doute pas de sujet plus épineux. Quand on sait que de trop grandes divergences existent, il vaut mieux éviter la semaine où les neveux en question seront présents. Même si les grands-parents peuvent venir tempérer les situations, cela est pesant pour tous. Il vaudra mieux recevoir ses petits-enfants à tour de rôle, en attendant qu’ils grandissent et se maîtrisent mieux.
  • Lire la suite